Bonjour. visiteurs jour : 44       Au président     Beauté santé     Infos loisirs     Ensemble      Jean      Informatique     Einstein     Santé corona English 

La relativité

Les zones d'ombre à éclairer.
Il semble que beaucoup de choses ont été oubliées

  Accueil - La relativité d'Einstein - L'éther - La relavivité de Galilé - Ondes - Sources -



   

Mardi 30 janvier 2024

En librairie ou Chez BOD : "L'éther quantique d'Albert"

En 1920 Albert Einstein a décrit un médium des ondes électromagnétiques et gravitationnelle débarrassé de l'immobilité que le XIXe siècle lui avait imposé par rapport au Soleil et aux étoiles (fixes à l'époque!) et qu'ils avaient appelé "éther" en l'Honneur d'Aristote.

Le problème était que pour que la constante de la vitesse de la lumière soit conservée dans tous les référentiels, il fallait que ce médium soit immobile dans tous ces référentiels qui évidement se déplaçaient à des vitesses différentes. Cela paraissait impossible.

Impossible n'est pas français disent les français présomptueux; pour cette fois c'est vrai, et la cerise sur le gâteau est que c'est la relativité générale d'Albert qui le prouve. Il a encore gagné.

Pas tout à fait. La relativité restreinte se trouve pour le coup restreinte aux référentiels en chute libre. La chute libre est un référentiel relatif comme l'a compris Albert Einstein en 1907. Elle concerne tous les corps célestes dans leur environnement proche sur leur trajectoire.

Jeudi 18 janvier 2024

L'éther quantique d'Albert

En 1905 Einstein dit ne pas avoir besoin de l'éther pour la relativité restreinte. En 1920 il a reconnu avoir besoin de l'éther pour la relativité générale. Pourquoi quantique ? Tous les supports d'onde que nous connaissons comme l'eau, l'air, le fer etc. sont constitués de molécules qui transportent les ondes en vibrant localement et en bousculant leurs voisines. Il en est de même pour le médium support des ondes électromagnétiques dont fait parti la lumière. Ce support est constituée de grains de taille-énergie correspondante quantum d'action de Planck. Leur façon de vibrer relève de la mécanique quantique.
Il est surprenant que ce changement d'opinion d'Einstein n'ait jamais été pris en considération. Il est vrai que sont éther, celui de Lorentz auquel il avait retiré l'immobilité ne pouvait avoir de mouvement déterminé.

Pour que la vitesse de la lumière soit une constante , la même , dans tous les référentiels, il fallait que l'éther accompagne tous les référentiels et soit immobile dans chacun d'eux.

C'était absurde !

Et bien non, la relativité générale d'Albert Einstein lui-même donne l'explication.

Cette hypothèse utilise uniquement ce qu'a écrit Einstein, ce serait dommage de ne pas la vérifier.




Définition de la simultanéité selon Einstein.

Mesure dans le cas d'une tige en mouvement

Le paradoxe des jumeaux et une interprétation du voyage en boulet
de Paul Langevin. Il comporte une erreur que n'a pas faite Einstein quand il a donné son avis.

16 décembre 2023 : Nous venons de découvrir que Paul Langevin n'a jamais parlé de jumeaux mais d'un voyageur et qu'il a parlé de mouvement accéléré, de façon un peu confuse il est vrai..

Il y est question d'une expédition spatiale à bord d'un « projectile », inspirée par le récit de Jules Verne, De la Terre à la Lune. Voici ce que Langevin a dit, - verbatim :

Il résulte de ce qui précède que ceux-là auront moins vieilli dont le mouvement pendant la séparation aura été le plus éloigné d'être uniforme, qui auront subi le plus d'accélération.

<< Un mouvement le plus éloigné d'être uniforme >> Donc il parle de mouvement accéléré. Mais  en proposant le voyage en boulet, il ne se rend pas compte que le boulet une fois lancé n'accélère plus mais se retrouve en mouvement inertiel lorsqu'il a quitté l'attraction solaire. A cette époque les voyages interstellaires n'étaient pas à l'ordre du jour.

source : logo-cairn Langevin ou le paradoxe introuvable


Cette expérience de pensée était prodigieuse en 1911, mais confuse.

Albert Einstein l'avait bien compris quand il a expliqué que c'était le jumeau qui avait voyagé qui avait le moins vieillit du fait qu'il avait du changer de référentiel. Il aurait du préciser : accélérer, freiner, tourner, réaccélérer freiner s'arrêter et donc qu'il avait subit les phases de grandes accélérations où le temps 'écoule plus lentement.


Paradoxe des jumeaux, ou comment convaincre que tout n'a pas été toujours clairement analysé en relativité ?
"Le mouvement inertiel est comme rien" Galilée.




Alber Einstein


Isaac Newton


Galilée

vues  9489     En ligne actuellement :   2   Total des clics  14718