Bonjour,   visiteurs jour : 3      Au président     Beauté santé     Infos loisirs     Ensemble      Jean      Informatique     Einstein     Santé corona English

La relativité

Les zones d'ombre à éclairer.
Il semble que beaucoup de choses ont été oubliées

 



Samedi 22 octobre 2022

Publication of the book "The ether of Albert Einstein"


If you ask a physicist to explain ether to you, he will either be embarrassed or he will say that ether does not exist, that it was rejected by Einstein in 1905. But, in 1921, Einstein published “The ether and the theory of relativity". After his theory of general relativity, he became aware of the problem posed by deformable space and gravitational waves. He conferred with other physicists and recognized the existence of the Lorentz ether, with no physical characteristics except immobility. An immobility that Einstein removed, if not a relative immobility in relation to the referential from which it is observed. We have found a hypothesis that could explain this mysterious movement : the speed of light would be everywhere the same, because the ether would be seen as motionless everywhere. This hypothesis is very simple, and we propose experiments that are also quite simple to verify it.

Si vous demandez à un physicien de vous expliquer l'éther, soit il sera embarrassé pour vous répondre, soit il dira que l'éther n'existe pas, qu'il a été rejeté par Einstein en 1905. Mais, après la théorie de la relativité générale, Einstein prend conscience du problème posé par courbure de l'espace et les ondes gravitationnelles. En 1921, Einstein publie "L'éther et la théorie de la relativité". Il s'est entretenu avec d'autres physiciens et a reconnu l'existence de l'éther de Lorentz, sans caractéristiques physiques sauf l'immobilité. Une immobilité qu'Einstein a transformé en une immobilité relative par rapport au référentiel à partir duquel on l'observe, ce qui est inexplicable. Nous avons trouvé une hypothèse qui pourrait expliquer ce mouvement mystérieux : la vitesse de la lumière serait partout la même, car l'éther serait perçu partout comme immobile. Cette hypothèse est très simple, et nous proposons des expériences également assez simples pour la vérifier.


lundi le 24 Octobre 2022

Ce qu'a écrit Einstein en 1905

Nous allons en surprendre plus d'un d'entre vous, qui vous intéressés à la relativité, en vous présentant des extraits du texte de l'article fondateur de la relativité, publié par Albert Einstein en 1905 et intitulé :"de l'électrodynamique des corps en mouvement".

C'est ce qui a expliqué les débats orageux entre les plus grands physiciens de l'époque pour critiquer cette théorie. Il est à noter que les quatre autres articles d'Albert Einstein publiés à la même époque n'ont posé aucun problème. Ceci prouve que ce n'était pas à la personne mais à la théorie que les physiciens s'opposaient en quasi unanimité. Que des malfaisant en aient profité pour accabler Einstein de façon partiale et injuste pour des raisons méprisables, sans doute, l'humanité est ainsi faite, mais ce n'était pas le fond du débat.

Voici l'introduction de ce fameux article que vous trouverez en page 8 du document dont vous avez le lien à la fin :

“De l'électrodynamique des corps en mouvement.” traduit en anglais par Meghnad Saha (1920), en français, décembre 2012.
    Il est connu que si nous appliquons l'électrodynamique de Maxwell, telle que nous la concevons aujourd'hui, aux corps en mouvement, nous sommes conduits à une asymétrie qui ne s'accorde pas avec les phénomènes observés. Analysons par exemple l'influence mutuelle d'un aimant et d'un conducteur. Le phénomène observé dans ce cas dépend uniquement du mouvement relatif du conducteur et de l'aimant, alors que selon les conceptions habituelles, une distinction doit être établie entre les cas où l'un ou l'autre des corps est en mouvement.

    [...] dans l'hypothèse que le mouvement relatif dans les deux cas est le même — l'apparition d'un courant électrique de même intensité et de même direction que la force électrique, comme la force électrique dans le premier cas.

Maxwell utilise des équations différentes qui donnent le même résultat au premier ordre de grandeur.

    comme il a été déjà montré par l'approximation au premier ordre des grandeurs. Dans le texte qui suit, nous élevons cette conjecture au rang de postulat (que nous appellerons dorénavant « principe de relativité »)

Einstein contredit les équations de Maxwell, il ne s'en cache pas, il sait que ce sera la première objection à sa théorie.


Il continue :
    Introduisons un autre postulat — qui au premier regard est incompatible avec le premier — que la lumière se propage dans l'espace vide à une vitesse V indépendante de l'état de mouvement du corps émetteur.

Einstein fonde son deuxième postulat sur le fait que la vitesse de la lumière est indépendante de celle du corps en mouvement pour en déduire (sans le dire) que la lumière se déplace dans le vide toujours et partout à la même vitesse.

Ici Einstein reconnait que le fait que la vitesse de la lumière soit une constante absolue nie le principe de relativité du mouvement de Galilée, qu'il vient d'étendre aux phénomènes électromagnétiques.


En réalité il vient juste d'évoquer la caractéristique du mouvement des ondes qui sont effectivement indépendant de la vitesse des corps qui les produisent parce qu'elles dépendent uniquement des caractéristiques du milieu dans lequel elles se propagent et le cas échéant de la vitesse de ce milieu.

Il en déduit :
    Ces deux postulats suffisent entièrement pour former une théorie simple et cohérente de l'électrodynamique des corps en mouvement à partir de la théorie maxwellienne des corps au repos.

La dessus, Einstein annonce qu'il n'a pas besoin de l'éther. Notez qu'il l'a oublié en déclarant que la vitese de la lumière est une constante universelle qui contredit la notion de relativité du mouvement.
    Il sera démontré que l'introduction d'un « éther luminifère » est superflu, puisque selon les conceptions que nous développerons, nous n'introduirons ni un « espace absolument au repos » muni de propriétés spéciales et ni n'associerons un vecteur vitesse à un point où des phénomènes électromagnétiques se déroulent.

Il faut s'appeler Albert Einstein et avoir publié la théorie de la relativité générale qui révolutionne notre compréhension de l'univers pour se permettre de telles fantaisies. Les critiques étaient fondées.


    Comme pour toute autre théorie électrodynamique, la théorie proposée s'appuie sur la cinématique des corps rigides. Dans la formulation de toute théorie, nous devons composer avec les relations entre les corps rigides (système de coordonnées), les horloges et les phénomènes électromagnétiques. Une appréciation insuffisante de ces conditions est la cause des problèmes auxquels se heurte présentement l'électrodynamique des corps en mouvement.

    Mais Albert Einstein est foncièrement honnête. Pendant que les physiciens refusent de rejeter l'éther, il réfléchit de son côté, les résultats qu'il obtient avec la relativité générale vont l'amener à modifier son opinion sur l'existence ou non de l'éther. C'est l'objet de l'essais << L'éther d'Albert Einstein >> que vous pouvez commander en librairie ou trouver le iPUB ou EDOC en promotion de lancement sur internet.



    Il est stupéfiant que de nos jours personne ne sache qu'Einstein a finit par rétablir l'éther. Un éther il est vrai au comportement inexplicable, ce qui fait qu'il est imprudent d'en parler. Inexplicable ? Oui, pour le moment.

    Source : Université du Québec à Chicoutimi - Canada “De l’électrodynamique des corps en mouvement.” (1905) [2012]


    Le samedi 16 juillet 2022

    Ce que vous auriez toujours voulu savoir sur la relativité

    Richard Feynman avait terminé son premier cour sur la mécanique quantique dont il était le plus grand spécialiste en disant à ses élèves : " si vous pensez avoir compris la mécanique quantique , c'est que je vous l'ai mal expliquée."

    C'était une boutade, il était farceur en même temps que très intelligent et doué pour expliquer simplement les choses compliquées.

    Et bien nous pensons que ce n'était pas tout à fait une boutade. Les deux grandes avancées du XXe siècle, la mécanique quantique avec l'article d'Albert Einstein sur les phénomènes photovoltaïques, (les panneaux solaires) et la relativité générale avec la courbure de l'espace temps, ont permis des avancées gigantesques dans la connaissance de l'Univers, mais ont un peu obscurci sa compréhension.

    Cela est paradoxal, les physiciens maitrisent des équations très compliquées qui donnent de bon résultats mais restent prudents sur la façon de les expliquer.



Hello...

Albert Einstein


Isaac Newton


Galilée
vues  2852     En ligne actuellement :   1   Total des clics  3903